En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Ok

Le programme Phyt'Eaux Cités

Consulter

>>   Film de présentation

>>   Consulter les lettres d'nformation

Pour recevoir la lettre d'information semestrielle électronique de Phyt'Eaux Cités, merci d'envoyer vos coordonnées complètes à phyteauxcites@sedif.com

Phyt’Eaux Cités
Un programme précurseur de prévention des pollutions par les produits phytosanitaires en zone urbaine

Lancé en janvier 2007 à l’initiative du SEDIF, Phyt’Eaux Cités est un programme de prévention et de sensibilisation qui vise à réduire l’emploi des produits phytosanitaires sur un territoire de 110 communes dans les bassins de l’Orge et de l’Yvette, en amont de Paris. Ce programme est destiné aux services voirie, sport et espaces verts de l’ensemble des communes participantes, représentant 1,2 million d’habitants.

Le SEDIF a souhaité construire ce programme suite à plusieurs pics de pollution aux pesticides à la confluence de la Seine et de l’Orge, en amont de l’usine de Choisy-le-Roi. Une étude du PIREN-Seine et de l’IAU-RIF avait indiqué qu’une grande part de ces pics était liée à de mauvaises pratiques d’entretien des espaces publiques par les collectivités ou leurs prestataires.

Un territoire d’action stratégique

Dans cette partie du territoire, la Seine est fortement sollicitée pour la production d’eau potable afin d’alimenter la région parisienne et ses 11 millions d’habitants. 6 stations y produisent chaque jour 840 000 m3 d’eau potable alimentant 4,8 millions d’habitants. La ressource sur ce territoire est, de fait, particulièrement sensible aux pollutions de toute nature, notamment celle des produits phytosanitaires d’origine agricole mais aussi urbaine.

Conscient de ce risque, le SEDIF, dont le cœur de métier est la production et la distribution d’une eau d’une qualité irréprochable à ses usagers, s’est très tôt engagé dans des actions visant à limiter l’emploi des produits phytosanitaires par les utilisateurs urbains sur un territoire couvrant les bassins versants de la Seine, de l’Orge aval et de l’Yvette.

Une action fédératrice

Phyt’Eaux Cités est un programme pionnier et fédérateur : il se structure autour de 11 partenaires publics ou privés :
• le SEDIF qui a initié et pilote l’opération,
• l’Agence de l’eau Seine-Normandie,
• le Conseil régional d’Ile-de-France,
• le Conseil départemental des Yvelines (partenaire de 2007 à 2009),
• le Conseil départemental de l’Essonne
• Eau de Paris,
• Eau du Sud Parisien,
• Véolia Eau,
• Le syndicat de l’Orge,
• Le Syndicat d’aménagement de l’Yvette (SIAVHY),
• Le Syndicat du bassin supérieur de l’Orge (SIBSO),
• Le Syndicat d’eau potable de la région d’Angervilliers.

Voir les 11 partenaires.

Ce programme démontre la capacité des acteurs de l’eau franciliens à s’unir et à dépasser leur propre territoire sur des sujets essentiels et stratégiques comme la protection de la ressource.

L’engagement Phyt’Eaux Cités

Par cette initiative et ses succès, le SEDIF souligne l’importance de préserver la ressource, fédère les acteurs de l’eau et les collectivités, et sensibilise les élus et les populations à la préservation de l’environnement et des cours d’eau.

A travers le programme Phyt’Eaux Cités, le SEDIF et ses partenaires s’engagent à :
Protéger la santé des applicateurs et des usagers : poser la réduction, voire l’élimination des produits phytosanitaires comme une question de santé publique pour protéger les agents en charge du traitement des espaces verts ainsi que les habitants et animaux qui les fréquentent ;
Valoriser le métier des agents d’entretien des espaces publics : modifier les pratiques de manière pédagogique pour permettre aux agents techniques de retrouver le sens de leur métier et devenir des acteurs de la protection de l’environnement dans leur quotidien ;
Passer du curatif au préventif pour l’eau et l’environnement : trouver le moyen de protéger et entretien les espaces verts sans avoir recours à des produits dangereux pour la ressource et l’environnement ;
Être toujours plus éco-exigeants : mettre en place des éco-conditionnalités aux aides allouées aux collectivités pour s’assurer du bon usage des fonds.

Une première phase de 2007 à 2010 et des résultats significatifs

La phase 1 du programme s’est déroulée sur 4 ans, de 2007 à 2011, sur le territoire de 73 communes, pour un investissement total d’un million d’euros.

Les collectivités participantes sont accompagnées gratuitement pour réduire leur consommation de produits phytosanitaires.
• Un audit de leurs pratiques phytosanitaires,
• Une formation des équipes terrain
• Un plan de gestion différenciée de leurs espaces
• Un suivi annuel des actions.

En contrepartie, ces communes doivent s’engager à atteindre l’objectif d’un entretien avec « zéro phytosanitaire ».

L’accompagnement a permis aux communes participantes d’obtenir très rapidement des résultats concrets :
65 communes engagées ont divisé par 5 leur consommation de produits phytosanitaires quatre ans et demi après le lancement de Phyt’Eaux Cités, engendrant ainsi une nette amélioration de la qualité de la ressource eau de l’Orge et de l’Yvette,
8 collectivités ont totalement arrêté l’usage des produits phytosanitaires et 36 partiellement sur les espaces verts et voiries principalement et sur les cimetières et terrains de sports secondairement,
• Ces efforts sont corrélés à une réduction par trois de la pollution de l’Orge en aval de ce territoire depuis le lancement du programme.

La comparaison des quantités de substances actives utilisées sur le territoire du programme entre 2007 et 2010 montre une réduction importante des quantités de produits appliquées, de 4 600 kg à 2 200 kg soit -52% ! La part de surfaces entretenues chimiquement a été divisée par 7 (de 38 à 5%).

Les résultats obtenus sur ce territoire durant les 4 années de la phase 1 ont également des effets positifs en aval. Les actions menées ont contribué fortement à réduire l’exposition des usines, situées en aval sur la Seine, aux risques liés aux fortes concentrations de pesticides dans la ressource. Ils montrent également que la baisse de la contamination des eaux de l’Orge aval et de l’Yvette par les pesticides est très significative sur cette période : les concentrations cumulées des pesticides analysés sont divisées par 2 et la quantité de produits phytosanitaires qui transite (flux) est divisée par 3.

Une poursuite et une extension du programme de 2012 à 2016

En 2010, 87% des collectivités ayant participé à la phase 1 du programme affichaient leur volonté de limiter, voire d’arrêter complétement, l’utilisation de produits phytosanitaires sur leur territoire. Grâce aux actions menées, les collectivités ont appliqué de nouvelles techniques alternatives au désherbage chimique, et parfois allégé leur entretien en laissant place à la végétation spontanée.

Devant le succès de la phase 1, le SEDIF et l’ensemble de ses partenaires ont décidé de poursuivre Phyt’Eaux Cités par une seconde phase avec l’objectif affiché pour toutes les collectivités participantes d’aller vers le « zéro phyto ». Le montant du programme en phase 2 est de 1,1 millions d’euros.

L’action de la Phase 2 porte sur un total de 110 communes, majoritairement de l’Essonne, situées dans les bassins versants de l’Yvette, de l’Orge et de la Seine du Coudray-Montceaux à Ivry-sur-Seine.

Au total, 91 collectivités (dont 84 communes) se sont engagées, sur la période 2012-2016. Ce sont donc 90 % des communes mobilisables se sont engagées en leur nom ou via la communauté de commune à laquelle elles adhérent.

Depuis le démarrage du programme, 103 audits et 98 plans de gestion ont été réalisés et 96 collectivités ont bénéficié de formation.

Voir la carte des périmètres Phyt'EauxCités.

Des pratiques en amélioration

Lorsque le programme a été lancé en 2007, 10% seulement des collectivités avaient réalisé un audit de leurs pratiques, les communes utilisaient en moyenne 38 kg de produit phytosanitaires par an, traitaient près de 50% des espaces publics et avaient moins de 50% de leurs agents régulièrement formés.

Aujourd’hui, les collectivités accompagnées par le programme Phyt’Eaux Cités utilisent à peine 8 kg de substances actives en moyenne par an et moins d’une collectivité sur 3 traite ses espaces verts. Les espaces traités ne représentent plus que 9% des espaces entretenus.

Le nombre de collectivités en zéro phyto est passé de 7 sur 65 (soit 11%) en 2012 à 31 sur 90 (soit 34%) en 2015.
De plus, près de la moitié des collectivités ont arrêté de traiter les voiries entre 2012 et 2015, portant à 70% la part des communes ayant arrêté de traiter la voirie. 50% des communes ne traitent plus les cimetières contre 25% en 2012. Les diminutions les plus importantes s’observent sur les établissements sensibles et les écoles puisqu’en 2015, aucune commune ne traite les établissements sensibles (établissement de santé ou accueillant des personnes âgées) et 2% seulement traitent les écoles, contre 17% en 2012.

Les efforts réalisés sur l’ensemble des collectivités engagées ont permis de faire baisser la quantité de substances actives utilisées par les collectivités de 19% entre 2012 et 2015.

Les efforts des collectivités sont récompensés par la remise des feuilles de Trèfles Phyt’Eaux Cités. La dernière remise des Trèfles récompensant les pratiques 2015 concernent 91 collectivités «méritantes» : 3 pour le cœur, 1 pour une feuille, 7 pour deux feuilles et 38 pour trois feuilles. 42 collectivités ont atteint le stade de quatre feuilles de Trèfle, dont 31 suite à l’arrêt complet des produits phytosanitaires.

Plan d’action auprès des autres utilisateurs de produits (notamment jardiniers amateurs)

Asconit a eu de nombreuses de demandes d’interventions pour participer à des évènements organisés par les communes. On peut citer, parmi les plus récentes, des interventions auprès d’écoles, des tenues de stand lors de « journées de l’environnement », des réunions avec des bailleurs sociaux… Au total, Asconit a participé à 28 évènements depuis le début de Phyt’Eaux Cités.

Une baisse de la contamination du bassin

Des prélèvements et analyse de la qualité d’eau ont été réalisées, par le laboratoire Synlab/Aspect, en 5 puis 8 points de prélèvements sur l’Orge, l’Yvette et leurs affluents. Le rapport produit par Veolia Eau d’Ile-de-France, délégataire du SEDIF, sur la base de ces résultats montre que la baisse de la contamination des eaux de l'Orge et de l'Yvette par les pesticides est très significative.

L’analyse des flux permet de prendre en compte les masses exportées et met en évidence une baisse significative de 30 à 40% depuis 2012 pour les stations aval, et une stabilité pour les stations amont. Par ailleurs, les pics de pollutions dépassant les normes de potabilisation ont quasiment disparu. Cela souligne l’importance et l’efficacité du programme Phyt’Eaux Cités, qui a permis de réduire les apports de polluants sur son périmètre.

Il est montré que, lors d’épisodes de crue, la qualité de l'Orge peut avoir un impact significatif sur la qualité de la Seine. L'amélioration de la qualité de l'Orge diminue donc l'exposition des usines de production d’eau potable, situées en aval sur la Seine, aux risques liés aux fortes concentrations de pesticides dans l'eau brute.

Un programme précurseur, reconnu par le Label National « Terre Saine, commune sans pesticides »

La loi Labbé interdisant aux collectivités l’utilisation de produits phytosanitaires sur les espaces de promenade accueillant du public ainsi que sur les voiries entrera en vigueur le 1er janvier 2017. Cette loi vient conforter 9 années d’engagement du SEDIF et de ses partenaires dans l’accompagnement des collectivités vers le Zéro Phyto.

Le Label « Terre Saine, communes sans pesticides » a été créé pour dépasser les objectifs de la loi. Il vise à encourager, accompagner et valoriser l’action des collectivités territoriales qui n’utilisent plus de produits phytosanitaires et les démarches collectives de réduction d’usage (chartes, etc…).

En 2015, le programme Phyt’Eaux cités a été retenu comme une des opérations référentes pour les collectivités souhaitant obtenir le Label national « Terre Saine, commune sans pesticides ». Lors du premier comité d’octroi de juin 2015, les 10 communes labellisées au titre de Phyt’Eaux Cités représentaient près du quart des collectivités candidates.

 

Centre relation client

Du lundi au vendredi de 8h à 19h30 et le samedi de 9h à 12h30

Tél :

09 69 369 900*

*Appel non surtaxé, que l'appel soit passé d'une ligne fixe, d'un téléphone mobile ou d'une box

Urgence fuite (7J/7, 24H/24)

Tél :

09 69 369 918*

SEDIF
14, rue Saint-Benoit
75006 PARIS

Tél : 01 53 45 42 42
Fax : 01 53 45 42 79

sedif@sedif.com