149 communes pour les 90 ans du SEDIF

7 nouvelles communes d'Ile-de-France rejoignent les 142 déjà desservies par le SEDIF.

Créé en 1923, le Syndicat des Eaux d'Ile-de-France assure à compter du 1er janvier 2013, l'alimentation en eau potable de 149 communes réparties sur 7 départements d'Ile-de-France, excepté Paris, soit plus de 4 millions d'usagers.

En savoir plus

L’acte de naissance du syndicat fut établi officiellement le 23 décembre 1922. Il s’appelait alors « Syndicat des Communes de la Banlieue de Paris pour les Eaux ».
Que de chemin parcouru depuis 1922, quand « aller à l’eau » était une corvée pour une partie des habitants de la banlieue, alors que l’eau elle-même, au-delà de la nécessité vitale, sortait à peine de plus de 1 000 ans d’indifférence.

90 ans de progrès et d'innovations

En 1923, la première action du Syndicat, qui regroupait déjà 139 communes représentant une population de 1,5 million d’habitants, sera de rechercher une amélioration de la qualité, en donnant aux communes syndiquées une eau identique et si possible conforme aux normes de filtration de l’époque fixées par la ville de Paris.

En 1950, dans l’ensemble de la banlieue, plus de 20% des logements n’ont pas encore l’eau courante.

Dans les années 60, parallèlement à la modernisation de ses usines et à l’augmentation de leur capacité de production, le Syndicat s’engage dans un très important programme de développement de son réseau de distribution.

La première crise pétrolière de 1973 modifie profondément le contexte économique. L’expansion démographique de la région parisienne marque le pas et l’activité industrielle connaît un ralentissement très important. Cette conjoncture, loin de freiner les actions du Syndicat, va lui permettre de concentrer ses efforts sur la sécurité de la production et de la distribution de l’eau, répondant ainsi à de nouvelles attentes des consommateurs, sensibilisés dès cette époque aux risques de pollution des grandes ressources naturelles.

En 1988, le Syndicat des communes de la Banlieue de Paris change de dénomination pour devenir le «Syndicat des Eaux d’Ile-de-France ».

Plus près de nous, le 1er janvier 2011, et à l’issue d’une procédure de 4 années, un nouveau contrat de délégation entre en vigueur avec un service public de l’eau encore amélioré.

Le SEDIF s'agrandit

Enfin, le 1er janvier 2013, presque 90 ans jour pour jour après son acte de création, le territoire du SEDIF s’agrandit avec l’adhésion de 7 nouvelles communes, et passe de 142 à 149 communes.

Depuis plus de 50 ans, ces communes ont fait le choix de la coopération intercommunale pour permettre à leurs habitants de disposer d’un service de l’eau fiable et garanti, en adhérant aux Syndicat Intercommunal des Eaux de la Vallée du Sausseron pour les communes de Butry-sur-Oise et de Valmondois, et au Syndicat Intercommunal d’Alimentation en Eau Potable de la Vallée de Chauvry pour les communes de Béthemont-la-Forêt, Chauvry, Frépillon, Mériel et Villiers-Adam.

L’eau produite sur ce territoire, par trois puits forés en bord de l’Oise, présente une forte teneur en calcaire. Désireux d’y mettre fin, les élus ont analysé toutes les solutions possibles et optés pour une mutualisation des ressources et une rationalisation des outils de production.

Le rapprochement avec le grand service public voisin, le Syndicat des Eaux d’Ile-de-France, est apparu comme la meilleure solution.

Ces communes bénéficieront désormais non seulement d’une eau plus douce et moins entartrante, mais aussi d’une baisse de la part « eau potable » de leur facture, ainsi que de l’ensemble des nouveaux services mis en place sur tout notre territoire, comme par exemple le télérelevé, ou les apports du programme Eau Solidaire d’aide aux ménages en difficultés, mais également de toutes les innovations technologiques du SEDIF.

 

Zoom sur