Actualités

28
Juil.
2020
Solidarité : le SEDIF, fervent défenseur du droit à l’eau pour tous

A l’occasion du 10ème anniversaire de la reconnaissance des droits humains à l’eau et à l’assainissement par les Nations unies, le 28 juillet, le SEDIF rappelle son engagement, en France et à l’étranger, pour défendre le droit d’accès à l’eau pour tous... depuis 1986.

Grâce aux programmes Eau Solidaire en France, et Solidarité Eau à l’international, le SEDIF vient en aide aux plus défavorisés.

Depuis 1986, le SEDIF a mobilisé 39 millions d’euros pour le financement d’opérations d’accès à l’eau ayant bénéficié à plus de 5 millions de personnes dans 19 pays émergents(Madagascar, Haïti, Les Comores, Maroc…). En 2020, il a mobilisé 2,4 millions d’euros pour aider 23 projets en Afrique, en Asie et en Haïti. Un exemple concret ? Il a participé à hauteur de 660 000 euros à la réalisation de 8 dispositifs au Niger – forages, pompes à énergie solaire, réservoirs et réseaux -  pour alimenter 22 000 personnes en eau potable.

En France, le programme Eau Solidaire accompagne quant à lui les collectivités sur trois volets : la prévention et la sensibilisation, l’assistance aux copropriétés en difficulté et aux habitats dégradés, et des aides d’urgence aux particuliers via les Centre communaux d’action sociale, pour le paiement de leur consommation d’eau. Mis en place en 2011, près de 77 000 familles ont ainsi bénéficié du soutien du SEDIF. Le Syndicat mobilise tous les ans 2,5 millions d’euros pour ce programme représentant 1 % des recettes des ventes d’eau.

 

Le SEDIF, acteur majeur des actions de solidarité

 

Engagés de longue date, le SEDIF et son président André SANTINI, ont été à l’origine de la loi OUDIN-SANTIN. Adoptée en 2005 à partir de l’expérience du SEDIF depuis 1986, la loi autorise les collectivités territoriales, établissements publics intercommunaux, syndicats d’eau et agences de l’eau à mobiliser jusqu’à 1 % de leur budget « eau et assainissement » pour mener ou soutenir des actions de coopération ou de solidarité au bénéfice de collectivités étrangères.

Christian CAMBON, vice-président du SEDIF et sénateur du Val de Marne, a été, quant à lui, à l’origine en 2012, de la loi qui porte son nom, et qui prévoit un dispositif d’aides aux personnes ayant des difficultés à payer leur facture d’eau. En effet, les services d’eau et d’assainissement peuvent allouer 0,5% de leurs recettes aux fonds de solidarité pour le logement (FSL) départementaux. A la demande des maires, les FSL peuvent aider les foyers, dont la facture excède 3% des revenus, à régler leurs impayés.


Pour en savoir plus : lire le rapport annuel d’activité (pages 20 et 21) https://www.sedif.com/flipbook2020-rapport-annuel-d-activite-2019.aspx

 



Les infos de ma commune