Actualités

23
Juin
2009
Droit de réponse au Parisien du 23 juin 2009 : le SEDIF garantit la qualité de son eau

Le Parisien du 23 juin 2009 donne la parole à Bernard Cressens, Directeur scientifique du WWWF et au Docteur David Servan-Schreiber, pour alerter l’opinion publique sur la nocivité de l’eau du robinet.

Le SEDIF ne peut souscrire, en ce qui le concerne, à ce jugement, et tient à réaffirmer la qualité irréprochable de l’eau qu’il distribue dans les 144 communes de la région parisienne.
 
Le SEDIF, par l’intermédiaire d’un laboratoire agréé, effectue plus de 20 000 analyses par an sur l’eau produite en sortie de ses usines. Ces analyses portent sur 54 paramètres. Le SEDIF réalise en complément une autosurveillance comprenant plus de 250 000 analyses par an sur 63 paramètres. Concernant les pesticides et les nitrates, qui sont plus spécifiquement incriminés dans cette interview, le SEDIF est particulièrement vigilant.
 
Pour le paramètre pesticide, ce sont 79 substances qui sont recherchées dans les eaux produites. L’élimination des pesticides est assurée dans les usines du SEDIF par des filières "multi-barrières", conçues pour le traitement d'eau de surface de qualité médiocre, que sont la Seine, la Marne et l'Oise. En 2008, un seul dépassement ponctuel de la limite de qualité de 0,1 µg/l a été mesuré (0,32 µg/l en Carbendazime à Neuilly-sur-Marne). Ponctuel, il n'a pas été confirmé par les analyses suivantes.
 
Les eaux distribuées par le SEDIF sont en permanence conformes à la réglementation relative aux nitrates (limite de qualité de 50 mg/l). Cependant, la concentration dans les ressources en eau du SEDIF est surveillée en continu, et son augmentation reste un sujet de préoccupation.
 
En effet, comme l'indiquent Bernard Cressens et David Servan-Schreiber, ce sont les ressources en eau qui sont largement contaminées par les nitrates et les pesticides, et ils rappellent que la qualité de l'eau potable est globalement bonne, notamment dans les grandes villes.
 
Le SEDIF est également vigilant sur de la qualité de ses ressources en eau, et a lancé des actions de protection vis-à-vis de ces contaminants par le passé avec le monde agricole (Ferti-mieux), aujourd'hui avec les communes (Phyt’eaux cités). Il faut cependant insister sur la difficulté de ces opérations, qui dépassent les compétences territoriales d'un producteur d'eau.

Par ailleurs le SEDIF mène sur ses ressources un suivi de nombreux paramètres dits "émergents" : substances médicamenteuses, perturbateurs endocriniens, substances prioritaires dangereuses… et s’associe à des études menées par l’Agence de l’Eau Seine-Normandie, notamment. Au stade actuel des études, ces substances, présentes à très faibles doses dans la ressource, n’ont pas été retrouvées en sortie d’usines.
 
Le consommateur est régulièrement informé de la qualité de l’eau qu’il reçoit. En plus des résultats de l’analyse des principaux paramètres de qualité qui sont joints régulièrement aux factures adressées aux usagers, le particulier peut accéder sur le site internet du SEDIF www.sedif.com, aux résultats des analyses réglementaires pour sa commune (pH, conductivité, dureté, nitrates, calcium, magnésium, sodium, potassium…).

Les infos de ma commune