Actualités

7
Sept.
2021
Site pilote de l’OIBP d’Arvigny : avis favorable du commissaire enquêteur

Suite à l’enquête publique dans le cadre de l’autorisation environnementale pour l’insertion d’une unité de traitement membranaire sur le site d’Arvigny (Savigny-le-Temple | Seine-et-Marne) et sa conduite de rejet en Seine menée dans les 4 communes concernées (Savigny-le-Temple, Lieusaint, Nandy et Seine Port) du 13 mai au 21 juin 2021, le commissaire enquêteur a rendu un avis favorable au projet.

Ce projet s'inscrit dans la démarche du SEDIF d'offrir à ses usagers une eau de la meilleure qualité possible, notamment grâce au déploiement de l'Osmose Inverse Basse Pression (OIBP) sur les filières de traitement de ses usines. C'est l'un des objectifs majeurs de la délégation de service public votée à près de 90% par les élus du SEDIF le 27 mai dernier.

L’eau du robinet innove pour la santé des franciliens

Cette technologie de traitement de l’eau par filtration extrêmement fine va permettre au SEDIF d’aller vers une eau du robinet pure, sans calcaire et sans chlore, mais aussi débarrassée d’un maximum de perturbateurs endocriniens et de tous micropolluants, comme les résidus médicamenteux par exemple. Et ce, directement à domicile, ce qui convaincra l’usager d’abandonner l’eau en bouteille plastique.

Le SEDIF a ainsi déposé une demande d’autorisation environnementale afin d’équiper son usine d’Arvigny de ce traitement. Au terme de l’enquête publique menée dans le cadre de cette procédure, le commissaire enquêteur a rendu, le 20 juillet 2021, un avis favorable au projet. C’est le préalable indispensable à l’autorisation de l’État.

"N’en déplaise à certains élus et associations de l’Essonne et de la Seine-et-Marne, fortement hostiles au projet, cet avis est une excellente nouvelle pour les territoires adhérents au SEDIF. Il donne le coup d’envoi à ce projet d’envergure et innovant vers une eau plus pure que nous serons fiers de proposer, en pionniers, à nos usagers. Le SEDIF investit dans une logique collective et durable, tout en faisant dépenser moins à chacun", s’est félicité André Santini, le président du SEDIF

 

Vue future Arvigny

 

Dans son rapport, le commissaire enquêteur a estimé :


  • que le déploiement de l’OIBP à l’usine d’Arvigny constituait « une avancée technologique considérable dans le domaine de la distribution d’eau potable, jamais égalée à ce jour », et que cette avancée correspondait aux attentes des usagers en matière de qualité de l’eau ;
  • que ce projet n’aurait pas d’impact sur le prix du m3 pour les usagers ;
  • que la réalisation d’une canalisation de rejet des effluents en Seine, dont l'absence d'impact sur le fleuve a été montrée, ne constitue pas une zone de rejet dangereuse aux abords immédiats ni d’incompatibilité avec l’usine de production d'eau potable de Morsang-sur-Seine située en aval du rejet.

Dans son rapport, le commissaire enquêteur a ainsi souligné les oppositions « du domaine de la politique » qui avaient été déposées par certains élus cherchant « à mettre en évidence des défauts ou des aberrations souvent non fondées » et établi que, de leur côté, les citoyens s’étaient faiblement mobilisés. Enfin, il est rappelé par le commissaire enquêteur que si des collectivités locales manifestent aujourd'hui leur opposition, elles étaient pour en 2019.

L’usine d’Arvigny sera ainsi la première usine du SEDIF équipée du traitement par OIBP, pour un investissement de 34 millions d’euros. La mise en service complète de l’installation est prévue début 2024. Au total, ce sont 800 millions d’euros qui seront investis par le SEDIF afin de déployer l’OIBP dans l’ensemble de ses usines à horizon 2030 dans le cadre de son XVIe plan d’investissement (2022-2031).


 

Les infos de ma commune