Paramètres de qualité

Le chlore

Il est utilisé comme désinfectant dans le traitement de l'eau potable. Il joue un rôle prépondérant dans la filière de production, en étape de désinfection finale, en éliminant les germes pathogènes qui pourraient encore s'y trouver. Par ailleurs, durant le transport de l'eau, grâce à son action rémanente, il empêche le développement des bactéries dans les conduites de distribution. Il préserve ainsi la qualité de l'eau, de l'usine de traitement jusqu'au robinet du consommateur.

En savoir plus...

La dureté

Les valeurs moyennes relevées sur le territoire du SEDIF se sont situées entre 16°F et 32°F. La dureté de l'eau est liée à la quantité totale de calcium et de magnésium que contient cette eau. Toutes les eaux contiennent du calcium, mais à des concentrations très différentes. Les unes en sont presque dépourvues, d'autres peuvent en être très riches. Les eaux potables sont classées selon leur degré de dureté en fonction de leur concentration en calcium et en magnésium. On trouve des eaux douces ( 15°F, soit moins de 150 mg/l de carbonate de calcium), dures (de 15 à 35°F soit 150 à 350 mg/l de carbonate de calcium) et très dures (35°F soit plus de 350 mg/l de carbonate de calcium). Il n'existe pas de seuil maximal autorisé pour le calcium. Rappelons qu'une eau suffisamment dure fournit une partie de l'apport quotidien en calcium et magnésium indispensable au corps humain. Les seules limitations concernent les problèmes techniques de la distribution et les utilisations ménagères. Les eaux trop douces sont corrosives pour les canalisations et les eaux trop dures laissent des dépôts dans les installations sanitaires et sur les ustensiles.

En savoir plus...

La turbidité

L'eau distribuée sur le territoire du SEDIF présente une très faible turbidité. La turbidité est une mesure qui permet de détecter la présence de très fines particules dans l'eau. Elle est analysée par l'intensité d'un faisceau lumineux diffusé par les matières colloïdales présentes dans l'eau. La valeur réglementaire maximale dans l'eau distribuée est de 2 NFU (Nephelometric Formazine Unit).

En savoir plus...

Les nitrates

Les teneurs moyennes en nitrates en sortie des usines du SEDIF sont très inférieures au seuil de 50mg/l fixé par la réglementation. La présence de nitrates, en particulier ceux issus des activités agricoles, est souvent évoquée. Pourtant, les nitrates font partie intégrante du cycle de la vie : tous les organismes vivants, les plantes, les animaux, les hommes en génèrent. Par conséquent, toutes les eaux en contiennent à des quantités variables.

En savoir plus...

Les pesticides

Les pesticides sont des produits de synthèse, à usage principalement agricole. Leur absorption par l'homme, même à des faibles doses, peut avoir à long terme des effets sur la santé. Aussi la norme sur l'eau potable pour les pesticides, fixée à 0,1 µg/l, est-elle particulièrement rigoureuse.

En savoir plus...

Le plomb

Contrairement à d'autres métaux comme le fer, le zinc ou le cuivre qui sont indispensables à notre santé, le plomb, largement présent dans l'environnement (air, eau, aliments, peintures anciennes), présente un caractère toxique pour l'homme mais le plomb est un peu présent dans l'eau des rivières d'Ile-de-France et sa teneur est encore réduite dans les usines de production d'eau potable. Ainsi, l'eau, à la sortie des usines du SEDIF, ne contient pas de plomb.

En savoir plus...

Le fluor

La température extérieure fixe la norme du fluor. La réglementation sanitaire détermine des teneurs limites qui dépendent de la température de l'air, le principe retenu étant que l'ingestion est plus importante en été qu'en hiver. Ainsi quand la température extérieure varie entre 8 et 12°C, la teneur en fluor ne doit pas excéder 1,5 mg/l. Cette valeur est ramenée à 0,7 mg/l lorsque la température est comprise entre 25 et 30°C. Les valeurs moyennes de fluor relevées en sortie d'usines de production sont très en dessous des normes imposées par la réglementation.

En savoir plus...

Le contrôle bactériologique

Il vérifie l'absence de germes pathogènes qui pourraient porter atteinte à la santé du consommateur. La méthode d'analyse repose sur la détection de germes tests n'ayant pas de caractère pathogène en eux-mêmes mais pouvant révéler des germes pathogènes. Les germes tests retenus par la réglementation sont Eschérichia coli et les entérocoques. Pour que l’eau soit jugée conforme au plan microbiologique, l’absence de ces germes doit être vérifiée dans un échantillon d’eau de 100 millilitres. Même si leur présence exceptionnelle ne présente pas de risque réel pour la santé, toute anomalie de ce type implique des actions préventives de la part du distributeur d’eau. Si la présence de germes tests est confirmée au cours du contrôle réalisé par le laboratoire indépendant, des investigations plus poussées sont alors décidées sur le réseau public ou sur le réseau domestique.

En savoir plus...

L'aluminium

C’est un des constituants majeurs de l’écorce terrestre et il est très présent dans les sols. Des sels d’aluminium peuvent être utilisés dans le traitement de l’eau, pour leur grande efficacité à éliminer les matières en suspension.

En savoir plus...

Les paramètres radiologiques

La qualité radiologique des eaux destinées à la consommation humaine est suivie par des indicateurs réglementaires. Le Bassin Parisien est peu soumis à la radioactivité naturelle, et les valeurs mesurées sont très faibles.

En savoir plus...

Les infos de ma commune